Rien que pour le mois de novembre 2015, Square Enix a émis, entre autres sanctions, le bannissement d’un peu plus de 21000 comptes à l’encontre de fraudeurs en tout genre. A la rédaction, on s’est dit qu’une piqûre de rappel en cette fin d’année s’imposait concernant les règles en vigueur en Eorzéa histoire de prendre de bonnes résolutions pour 2016.

Jeu et tricherie ont toujours été liés. Les dés pipés (bouh les esprits mal tournés), Maradonna et sa main de Dieu, ou encore les athlètes dans l’Antiquité, c’est dans la nature humaine d’essayer de réussir quelque chose en étant partisan du moindre effort peu importe la sanction encourue. Les mondes virtuels étant bien souvent les reflets de nos sociétés, aucun jeu n’est épargné.

Final Fantasy XIV ne l’est vraiment pas. Combien de fois par jour n’entendez vous pas les cris de Xjfihàiguhgu miqo’te sexy qui vous propose ni plus ni moins de devenir riche en cinq minutes montre en main, ou encore Sufgjshbugu ce Roagdyn costaud qui, en échange de quelques euros, vous permettra de transformer votre Lalafel malingre et chétif lvl 4 en Ao’ra bodybuildé ilv 210 le tout en quelques heures de powerleveling seulement ? Telles les sirènes de l’Antiquité, ils essayent tant bien que mal de vous mettre la main dessus, pour que ni une ni deux, après leur avoir donné vos données de compte, vous vous retrouviez à poil à errer dans les rue de Gridania, une simple feuille de vigne comme équipement. Car oui, très souvent le joueur qui pensait en terme de “pay to win” se retrouve sans rien, honteux et encore, ces sanctions-là, c’est dans le meilleur des cas.

Philippe Geluck

@Philippe Geluck

Ceci n’est que la partie émergée de l’iceberg. Si l’on plonge dans les profondeurs de la société Eorzéenne, on trouve rarement des bisounours et des licornes (en tout cas pas de celles que l’on obtient légalement). Harcèlement, trolling, escroqueries en tout genre, exploitation de bug en jeu (celui de Titan au début d’A realm Reborn en était un bel exemple) l’utilisation de logiciel tiers, les fameux parsers ou ceux de maphack… Toutes ces activités sont néfastes pour l’équilibre du jeu. Et les conséquences pour les joueurs peuvent l’être encore plus. Perte d’équipement, divulgation de données personnelles, transmission de virus via les logiciels tiers. Square enix est très clair là dessus: c’est la tolérance zéro. Et dans ces cas là, ce ne sont pas les boites de powerlevelling qui auront les sanctions les plus lourdes. Pour eux, être bannis signifie une pause pipi de cinq minutes le temps de faire un nouveau compte. Il suffit de regarder le compte rendu hebdomadaire sur le sujet de S. E.  pour s’en apercevoir.

Non, ceux que les sanctions de bannissement toucheront le plus, c’est vous. Les joueurs lambda. Ceux qui n’ont pas la possibilité de se créer vingt-cinq comptes différents à la minute. Ceux qui pensaient avoir réussi à truander le système mais qui se prennent le retour de bâton. Et dans ces cas-là, vous ne pourrez vous retourner contre personne si ce n’est vous même car en acceptant les conditions d’utilisation de Final Fantasy XIV, vous avez signé une sorte de contrat de bonne conduite et en “signant ce contrat de bonne conduite”, vous acceptez les sanctions prévues pour tout manquement de votre part. L’unique responsable des actes posés c’est vous.

Maintenant posez-vous cette question, le jeu en vaut-il réellement la chandelle?